Morphologie des cours d'eau : fuseau de mobilité

Avant d’aborder la mobilité des cours d’eau, il peut être utile de rappeler quelques notions fondamentales, qui relèvent de la géomorphologie fluviale.

Lit double

Habituellement, la rivière n’est considérée que par son seul lit fluvial ou lit mineur, c’est-à-dire le chenal principal à travers lequel l’eau s’écoule la plupart du temps. Il est délimité par des berges plus ou moins nettes (fréquemment occupées par une bande boisée, appelée ripisylve). Mais l’espace soumis à l’influence de la rivière est généralement plus large. Le lit majeur ou champ d’inondation englobe l’ensemble des terres qui seront inondées, à une échelle de temps variable (chaque année pour certains secteurs, seulement une fois par siècle lors de crues majeures pour d’autres). Le lit d’étiage est au contraire le chemin emprunté par l’eau en période des plus basses eaux.

En Alsace, les prairies des rieds, transformées en vastes lacs en période de hautes eaux, donnent chaque année une illustration spectaculaire de la différence entre lit majeur et lit mineur (Ried de l’Ill inondé à Muttersholtz).