Biodiversité de la mare

Les mares sont extrêmement riches en animaux et végétaux, elles sont des « hotspots » de biodiversité. Près de 200 familles animales et 50 familles végétales y sont représentées.

La faune

  • Les amphibiens 
    De nombreuses espèces d’amphibiens se reproduisent dans ces petites zones humides. Plus de 50% des amphibiens associés aux mares figurent dans la Directive Habitat. Quelques exemples avec le triton crêté (Triturus cristatus), le crapaud calamite (Bufo calamita) ou encore la grenouille agile (Rana dalmatina).
  • Les reptiles
    Les mares sont un lieu de chasse privilégié pour de nombreux reptiles, comme la couleuvre à collier (Natrix natrix) capable de nager dans l’eau. La majorité des reptiles sont protégés sur l’ensemble du territoire français.
  • Les insectes
    Les insectes sont sans doute les plus nombreux habitants des mares, bien qu’ils soient très discrets. Dytiques, Gyrin, Araignées d’eau, Libellules et bien d’autres espèces se retrouvent sur la surface de nos mares.
  • D'autres invertébrés
    De nombreux Mollusques, Crustacés, Araignées d’eau et Vers sont présents sur ces sites, ils vivent en toute discrétion.
  • Les oiseaux
    Les oiseaux sont des habitants occasionnels des mares, on peut y voir des Canards, Oies, Hérons, Echassiers de passage. Les mares, plus calmes que certains grands plans d’eau, sont un lieu privilégié pour s’abreuver, se nourrir ou encore se reposer.
  • Les mammifères
    Source d’une biodiversité importante, les mares sont une zone de chasse idéale pour de nombreux mammifères tels que les Chauves-souris. Il est également possible d’y trouver des Musaraignes aquatiques (Neomys sp.) mais également des grands mammifères (Sangliers, Chevreuils…) qui viennent s’y abreuver.

 

La flore

Si de nombreux végétaux se retrouvent également dans les étangs, certains sont spécifiques aux mares. Leur faible profondeur permet, en effet, à de nombreuses espèces de s'y installer. Chaque plante peut jouer un rôle particulier : stabiliser et protéger les berges, épurer la mare, servir de support de ponte...

La disposition des plantes selon les différentes profondeurs

Les indésirables

Leur présence peut être due à une mauvaise gestion du site (à cause d'activités humaines) ou une mauvaise gestion alentours.

  • Les plantes aquatiques exotiques
    Ces plantes envahissent les mares très rapidement et éliminent la végétation indigène. La flore est alors appauvrie, et de nombreuses espèces animales en subissent les conséquences. Le myriophylle du Brésil (Myriophyllum aquaficum) ou encore la jussie rampante (Ludwigia peploides) en sont des exemples.
  • Les amphibiens et reptiles exotiques
    Introduits par l’homme dans la plupart des cas, les espèces exotiques sont souvent en compétition avec nos espèces. Par exemple, l’introduction de la Trachémyde à tempes rouges (dite « de Floride », Trachemys scripta elegans) est néfaste pour la survie des amphibiens dans les mares. La vipère aspic (Vipera aspis) et la vipère péliade (Vipera berus) sont également des espèces introduites dans notre région.
  • Les poissons
    Redoutables prédateurs pour les insectes, larves ou encore têtards, les poissons sont inappropriés pour le développement de la biodiversité au sein des mares. De même, l’assèchement partiel ou complet des mares lors de l’été serait inadapté à leur survie. Les poissons sont donc à éviter lorsque l’on souhaite attirer des populations d’amphibiens ou d’insectes.